Cake marbré façon esquimaux
Avr21

Cake marbré façon esquimaux

Les esquimaux deviennent de plus en plus à la mode… alors pourquoi ne pas les transformer en cake ? 1 part = Un esquimau… Ingrédients Appareil à cake marbré 200 g oeufs entiers 140 g sucre blond de canne 140 g beurre 70 g chocolat Caraïbe Valrhona 70 g chocolat Ivoire 130 g farine T55 Blanchir les jaunes d’oeufs avec le sucre Ajouter le beurre fondu, puis la farine tamisée. Diviser la pate en 2. Fondre le chocolat noir, puis le chocolat blanc, puis l’incorporer dans le mélange jaunes d’oeufs/farine. Monter les blancs, puis diviser en 2. Incorporer les délicatement dans chacune des pâtes chocolatées. Garnir des moules silikomart esquimaux en alternant les couches blanches et noires (25g environ) Cuire une 15ène de minutes à 180°c. Planter la pointe d’un couteau pour vérifier la cuisson. Elle doit ressortir sèche. Glaçage esquimaux 500 g chocolat Caraïbe Valrhona 60 g huile de pépin de raisin QS Grué de cacao Fondre le chocolat, puis ajouter l’huile de pépin de raisin. Mixer avec un bras plongeant. Ajouter le grué. Tremper l’esquimaux dans le glaçage.   Vous pouvez très bien utilisé cette recette en version cake marbré dans votre moule préféré…...

Lire la suite
Krantz cake ou Babka ?
Avr06

Krantz cake ou Babka ?

Le kranz, signifiant littéralement en hébreu « craquant », est originaire de la cuisine juive d’Europe de l’Est. Mais le terme provient originellement du yiddish, dérivant de l’allemand « Kranz », ce qui signifie « couronne ». Si initialement, cette brioche avait effectivement une forme de couronne, elle est généralement aujourd’hui confectionnée dans un moule à pain, droit. Ingrédients pour 1 brioche Pour la pâte : 265 g de farine T55 50 g de sucre 10 g de levure 1/2 zeste d’orange 75 g d’oeufs 60 g d’eau 2 g de sel 75 g de beurre doux en morceaux Pour la garniture chocolat  : 65 g de chocolat noir fondu 60 g de beurre doux fondu 25 g de sucre glace 15 g de cacao en poudre amer 50 g de noix de pécan hachées Pour le sirop : 135 g de sucre 100 g d’eau   Realisation Mélanger tous les ingrédients excepté le beurre. Pétrir au batteur pendant environ 10 minutes puis, incorporer le beurre progressivement jusqu’au décollement de la pâte. Laisser pousser 2 heures à température ambiante. Rabattre la pâte, l’étendre sur une plaque en la recouvrant d’un plastique. Réserver au réfrigérateur jusqu’au lendemain. Le lendemain, préparer la garniture chocolat. Fondre le chocolat avec le beurre, puis rajouter le sucre glace ainsi que la poudre de cacao préalablement tamisés. Etaler la pâte à brioche (40x30cm), les 30cm doivent se trouver devant vous. Etaler la garniture chocolat sur la pâte, puis parsemer de noix de pécans hachées. Rouler la pâte sur elle même afin de former un long boudin Placer le boudin au congélateur une 10ène de minutes, la coupe n’en sera que plus facile pour la prochaine étape. Découper le boudin en 2 dans le sens de la longueur, puis torsader les 2 parties ensemble pour former une sorte de tresse Déposer dans un moule à cake beurré Laisser pousser la pâte 1h30, puis enfourner à 160°c durant une 30ène de minutes. Badigeonner le krantz de sirop à la sortie du four....

Lire la suite
Ah ! La Belle Escalade…
Déc01

Ah ! La Belle Escalade…

Qui connait la fête genevoise, l’Escalade ? C’est un peu le carnaval des Genevois… Bref, tout ça pour dire qu’en 1602, Genève, république riche et prospère, attire la convoitise des Savoyards. Charles-Emmanuel 1er, projette de faire de Genève sa capitale au Nord des Alpes et de lutter contre le calvinisme avec l’appui du pape Clément VIII, malgré «une paix jurée et rejurée». Ainsi, la nuit du 11 au 12 décembre 1602, une des plus sombres de l’année, une troupe de 2000 soldats débarque par surprise. Arrivés à Plainpalais les mercenaires escaladent les murailles qui entourent la ville. C’est pourquoi la commémoration porte le nom de l’«Escalade». En résumé , les Genevois s’arment de courage et remportent la victoire Et les marmites en chocolat ?  De nombreux récits soulignent le courage de la Mère Royaume, qui ébouillante un Savoyard de sa marmite de soupe. En son hommage, des marmites en chocolat, décorées de l’écusson genevois, sont vendues chaque année à cette période. Une fois la phrase rituelle prononcée: «Ainsi périrent les ennemis de la République», on peut alors la briser et découvrir des légumes de massepain et des bonbons accompagnés de petits pétards. (source : ville-geneve.ch) Ca, c’était pour l’histoire… Maintenant, parlons peu, parlons bien… Cette année, avec des amies (bisous à Denise et Martine : je vous aime !), nous nous sommes lancées dans l’aventure d’une marmite… 1ère étape : Trouver 1 moule. Bravo à Martine qui fût la première à les trouver 🙂 2ème étape : Tempérer du chocolat… Les choses sérieuses commencent…  On fait fondre le chocolat noir à 55-58°c, on le fait chuter en température à 28-29°c puis on le remonte à 31-32°c. On moule… On laisse cristalliser, et on démoule… 3ème étape : Collage… 4ème étape : On décore…  On laisse parler son imagination… On s’amuse… Pour les légumes en massepain, je suis allée chez mon primeur : la Migros 😉 Et voici le résultat...

Lire la suite